Accueil - Atelier Voix - Prochains rendez-vous - Photos des spectacles - Discographie - Audios - Videos - Biographie - Presse - Contact




"YVETTE YVETTE YVETTE "

L'intégrale Nathalie Joly chante Yvette Guilbert - Théâtre du Soleil, Cartoucherie, Paris

 

LE CANARD ENCHAÎNE 19-10-2017

 

TV5 MONDE

regarder l'émission
Le 12/10/2017
Nathalie Joly est l’invitée d’Estelle Martin
· Spectacle: Yvette Guilbert, une femme libre!
Au programme de la page culture d'Estelle Martin, une trilogie qui fait revivre une très grande artiste Yvette Guilbert... Auteure, chanteuse, féministe... Une femme hors norme, grande amie de Sigmund Freud, et qui a régné sur la scène parisienne dans les années 1900. Nathalie Joly lui rend hommage dans cette trilogie qui se joue, se chante, au théâtre du Soleil à la Cartoucherie de Vincennes à Paris. Parmi ses titres les plus connus, "Madame Arthur", "Le Fiacre" Ou "je suis une pocharde"... Elle avait imposé son style, le rythme fondu, une sorte de théâtre chanté très proche du rap! Découverte de cette chanteuse hors du commun dans la chronique "Demandez le programme" du "64 minutes le monde en français" sur TV5MONDE.

FRANCE MUSIQUE Allegretto par Denisa Kerschova
Le 18-10-2017
Le programme musical de Denisa Kerschova
Nathalie Joly chante Yvette Guilbert au Théâtre du Soleil à La Cartoucherie à Paris
Courrez-y pour découvrir ce répertoire intemporel, engagé, , drôle, poétique et audacieux !
Pionnière du féminisme, précurseure d’une écriture féminine française moderne, Yvette Guilbert a inventé l’art du parlé chanté, ancêtre du rap. Reine du café-concert à la Belle Époque, l’amie de Freud immortalisée par Toulouse Lautrec est une grande figure de notre patrimoine. La comédienne et chanteuse Nathalie Joly explore depuis dix ans son œuvre intemporelle, engagée, drôle, poétique, audacieuse et lui redonne toute sa symbolique contemporaine. Pour dire l’histoire de cette femme, il aura fallu trois spectacles. L’histoire d’une émancipation. De l’émancipation d’Yvette Guilbert à celle de ses héritières.

FRANCE INTER - Vous les femmes
15 octobre 2017
par Daniel Morin Une émission consacrée à deux femmes exceptionnelles et leurs parcours atypiques par Daniel Morin, Albert Algoud et Hervé Pauchon, c'est pour "Vous les femmes" !
Un coffret de 3CD Yvette Yvette Yvette, c’est Nathalie Joly qui chante Yvette Guilbert, une pionnière du féminisme, une reine du café concert, amie de Freud… Madame Arthur, La Glu, Nous nous plumes, les amis d’Monsieur et Partie carrée, des chansons de son répertoire, il y a 3 disques, elle se produit en ce moment - non pas Yvette Guilbert parce qu’elle a disparu depuis bien longtemps, mais Nathalie Joly qui est une formidable chanteuse, elle se produit au Théâtre du Soleil, jusqu’au 22 octobre, elle chante Yvette Guilbert, il y a trois spectacles, parfois en isolé et puis il y aussi un tryptique où elle fait les trois spectacles à la suite. Et l’album c’est chez Frémeaux & Associés qui fait un travail - entre autre au service de la chanson française, un travail absolument formidable ! Albert Algoud


FIGARO.FR le 11-10-2017

VIDEO

- Nathalie Joly a fait de la vie d'Yvette Guilbert le sujet de tous ses spectacles. Avec Yvette, Yvette, Yvette! elle donne en trois volets l'intégrale de ses recherches. Etonnant.

Lire l'article


FIGARO MAGAZINE
6 et 7 octobre 2017

RTL - Les Grosses Têtes
interview de Nathalie Joly par Laurent Ruquier - 6 octobre 2017

 

TELERAMA


 

RFI
La danse des mots par Yvan Amar

 

ACTUALITÉ JUIVE Le 18-10-2017 par Michèle Levy Taïeb

 

TOUTE LA CULTURE
Le 2 octobre 2017 - Musiques – Chansons
****
Par Mathieu Dochtermann
Nathalie Joly chante « Yvette, Yvette, Yvette! » et c’est un bonheur de l’écouter
Yvette, Yvette, Yvette! c’est une très belle proposition de Nathalie Joly, qui chante sur la scène du Théâtre du Soleil les chansons d’Yvette Guilbert, en trois épisodes, que l’on peut voir en intégrale le samedi. On a assisté à l’épisode 3, Chansons sans gêne, et on s’incline devant la qualité de la performance de la chanteuse, dont la voix envoûte et transporte, sur les textes drôles, acerbes, intelligents d’Yvette. A voir absolument pour les amateurs de chanson française… et pour les amateurs de chanson, tout court!
Yvette Guilbert, c’est une chanteuse française mythique même si inconnue des nouvelles générations. Libre, féministe, visionnaire, authentique, elle a côtoyé Sigmund Freud, qui la révérait, et a pratiquement inventé l’art du parlé-chanté (ou Sprechgesang). Yvette Guilbert, c’est un héritage qui irrigue toute la chanson française féminine, mais est-ce une voix qui peut encore résonner aujourd’hui, en tant que telle?
Le pari fait par Nathalie Joly est de démontrer que oui. En endossant le rôle d’Yvette, en prenant son accent comme son apparence, elle ressuscite la reine du café-concert pour la confronter à l’année 2017… et cela marche. Les chansons sont pleines d’esprit, de gouaille et d’humour. On passe, dans le même spectacle, de « L’amour c’est comme le camembert, ça ne peut pas durer toute la vie », à un beaucoup plus recherché « Tous les enfers et tous les paradis, comme cette grouillante humanité, sont logés en vous. »
Si Yvette, Yvette, Yvette! fonctionne aussi bien, ce n’est pas seulement parce que Nathalie Joly et le pianiste talentueux qui l’accompagne, Jean-Pierre Gesbert, endossent des rôles d’époque, jouent et s’amusent ensemble. C’est surtout parce que, musicalement, l’interprétation est impeccable. Nathalie Joly sait chanter, et bien chanter: technique au point, évidemment, mais surtout émotions à fleur de peau… ou à fleur de cordes vocales! Et la voix d’Yvette résonne effectivement, l’humour acerbe qu’elle manie à l’endroit des hommes, sa lucidité sur les rapports amoureux, son point de vue sur la vieillesse, tout est actuel, tout est parfaitement en phase avec le public de notre époque, même si la langue est différente.
La maîtrise vocale de Nathalie Joly lui permet d’alterner entre chant et parlé-chanté, entre la voix amplifiée et le chant sans micro. Est semble à l’aise dans toutes les situations. C’est un véritable plaisir de l’écouter, un voyage dans le temps, une évocation de jours lointains et de tout un folklore qui n’a pas entièrement disparu, et qui irrigue certaines de nos chansons contemporaines.
Côté mise en scène, rien à redire. Difficile de retenir l’attention et de flatter l’œil, quand on n’a sur scène que deux personnes. Pourtant, le mise en espace et en lumière s’en sort très bien: quelques projections, discrètes et intrigantes, sur le rideau en fond de scène; un jeu de lumières chaleureux et intelligent, qui découpe bien l’espace et focalise l’attention où elle doit être. Quelques déplacements de Jean-Pierre Gesbert, et surtout, une grande présence et une grande mobilité de Nathalie Joly, qui occupe admirablement la scène.
Un bon concert avec d’excellents musiciens, qui sont à l’aise dans la théâtralisation de la représentation. Un voyage dans la Belle Epoque et au-delà, qui ne laissera aucun amateur de chanson française indifférent.
Ceux qui auront été convaincus par les chansons proposées sur scène pourront les retrouver dans un coffret CD, tout juste enregistré par Nathalie Joly.

 

LE MONDE 25-09-2017 La Matinale Sélection musique par Sylvain Siclier

 

FRANCE INTER - Par Jupiter! par Charline Vanhoenacker et Alex Vizoreck le 19-09-2017



Causette
par Sarah Gandillot



THÉÂTRAL MAGAZINE
septembre 2017
par Gilles Costaz

 

IO GAZETTE 7 octobre 2017
Trois fois Yvette
Où sont donc toutes les Nathalie Joly de ce monde ? Nous avons besoin : autant qu’il sera nécessaire pour faire revivre toutes ces glorieuses femmes du temps passé que l’Histoire a pourtant décidé de mettre de côté ou – pire – d’oublier. Nathalie Joly est Yvette Guilbert et toutes les figures de ses chansons avec. Son souffle redonne une âme à la farandole de personnages qui défilent à travers la chair et la voix de cette chanteuse « fin-de-siècle », ressuscitée pour nous dans une trilogie fabuleuse au ton, au rythme et à la texture d’un « Sprechgesang » enfiévré et bouleversant. Ça fait du monde, sur scène ; et notre petit cœur est tout confus d’amour, de peine et de nostalgie, devant ce frémissant spectacle, intelligemment cousu et impeccablement mené.
Chanson après chanson, Yvette se dévoile. Qui d’autre, à l’époque, pouvait se vanter d’entretenir une correspondance avec Sigmund Freud ? D’avoir tout plaqué en France pour ouvrir une école de chant, de déclamation et de pantomime à New York ? D’avoir toujours surmonté la bêtise d’hommes bornés, avec audace et intelligence ? En 1938, déjà, la chanteuse publiait une lettre ouverte sur la condition des artistes. Malgré les affres de ton époque et ses propres déconvenues, ce n’est pas à un vague-à-l‘âme ras-des-pâquerettes que se livre Yvette Guilbert dans le milieu des cabarets. L’artiste, autrice et compositrice, interroge son temps et les consciences. Le ça, le moi et le surmoi, passés à la moulinette d’un « je ne sais quoi » irrésistible. La procession des textes, chantés-parlés à la perfection, font surgir une quête d’identité à tiroirs : celle d’Yvette, bien entendu ; celle des personnages de ses chansons, reflets fugaces du passé ; et celle du public, enfin, confronté à l’intensité de ce fragment de vie.
La simplicité de la disposition scénique alliée au talent de Jean-Pierre Gesbert au piano – qui donne aussi la réplique – sert à la perfection cette figure spectaculaire, courageuse et téméraire. On avait rarement parlé avec autant de finesse de l’artiste et de son art, de son rôle en société et de ses espérances. C’est toujours avec une infinie justesse que se forme devant nous le « Zeitgeist » du temps d’Yvette. L’air fantasmé des cabarets dévoile des figures ambiguës, toutes célébrées par la fantastique musicalité de Nathalie Joly. Soûlarde, voleuse, putain, petite bonne, vieilles rombières et grosses bourgeoises ne font finalement qu’une avec les mythes du passés que connaît sur le bout des doigts l’artiste : Danaé, Sappho, Cléopâtre, etc.
Il ne fallait pas moins qu’une femme d’exception pour redonner des couleurs à Yvette. Sa plume magnifique ne pouvait pas être mieux servie que par une amoureuse de chanson et d’histoire qui travaille depuis plus de dix ans à exhumer les traces de cette femme disparue. Mais où sont donc toutes les Nathalie Joly de ce monde ?
LOLA SALEM

 

CHANTS SONGS le 11-09-2017 CHANTS SONGS
par François Cardinali

Yvette Guilbert, la femme moderne
Chansons, Poétique, Rap, Révolte

Elle fut une grande voix de la chanson, pionnière du féminisme.
Dans un coffret étonnant de 3 CD, Yvette Guilbert voit son répertoire revisité par Nathalie Joly. Et de belle manière.
Elle fut l’amie de Freud – qui écoutait en boucle sa chanson Dites-moi que je suis belle – et Toulouse-Lautrec l’immortalisa. Reine du café-concert à la Belle Époque, Yvette Guilbert a marqué les annales de la chanson par un répertoire très en avance et pas ses prises de position féministes. La dame était une pionnière du genre à une époque où ces dames étaient corsetées et soumises à la férule de leur époux.
Parolière, auteur, actrice, metteur en scène… , Yvette Guilbert, née le 20 janvier 1865 à Paris et morte en février 1944 à Aix-en-Provence, fait partie de ces artistes qui ont exploré bien des pistes artistiques comme en témoigne sa passionnante autobiographie, La Chanson de ma vie.

Empruntant son prénom de scène au roman de Maupassant, Yvette, elle fut l’initiatrice d’une écriture française moderne, fut la pionnière en l’art du parlé chanté, souvent utilisé depuis (le rap en étant l’expression la plus récente). Femme émancipée s’il en fut, Yvette Guilbert revit sous la voix de Nathalie Joly qui, après un long travail de recherches, revisite dans un coffret de trois disques l’univers de la créatrice du Fiacre. Car Nathalie Joly l’interprète de belle manière : si elle reprend ses chansons, elle traduit son esprit et ses engagements dans un langage contemporain et une présentation moderne. Au piano, Jean-Pierre Gesbert s’avère un des plus fins accompagnateurs de l’artiste, ajoutant des touches d’humour musical à sa prestation.
Celle qu’on appelait «la diseuse fin de siècle» renaît ici de manière magistrale, tant Nathalie Joly a l’art de faire vivre un texte, d’en exprimer la modernité. Le troisième disque du coffret, Chansons sans gêne permet notamment de découvrir quelques pépites, comme Le Blues de l’absinthe ou L’Enfermée, de Gaston Couté. Chez Yvette Guilbert, il n’y aucun tabou à évoquer toute une population interlope : celui des morphinomanes , des homosexuels, d’anarchistes… Et à écouter ces « re-créations » de Nathalie Joly, on découvre la modernité de son ton qui a inspiré bien des artistes depuis : d’Anne Sylvestre à Barbara, sans oublier Catherine Ringer.
Pour célébrer dignement un tel opus, fruit de longues années de travail en solitaire et de compilations de documents sur la star de la Belle-Époque, Nathalie Joly sera sur scène au Théâtre du Soleil du 28 septembre au 22 octobre pour un spectacle mis en scène par Jacques Verzier et Simon Abkarian. Une prestation à découvrir absolument pour mesure à quel point la verve d‘Yvette Guilbert était unique.
(*) Disques Frémeaux & Associés

 

La TERRASSE Le 25-08-2017
Par Catherine Robert

 

Le Monde 25 mars 2017
Par Sylvain Siclier

 

CARNET PSY

 

PARIS INFO

 

REVUES DE PRESSE par épisode

Je ne sais quoi épisode 1

En v'là une drôle d'affaire épisode 2

Chansons sans gêne épisode 3

 


Accueil - Atelier Voix - Prochains rendez-vous - Photos des spectacles - Discographie - Audios - Videos - Biographie - Presse - Contact