Accueil - Atelier Voix - Prochains rendez-vous - Photos des spectacles - Discographie - Audios - Videos - Biographie - Presse - Contact



Création au Musée d'Orsay
24 septembre - 15 octobre 2015

Le 8 octobre 2016 Cannes Palais des festivals
bande annonce


Le 31 décembre 2016 Scène Nationale de Châteauvallon à Ollioules
le dossier


Les 3 et 4 mars 2017 Théâtre Jean Vilar à Suresnes
Bande annonce et interview


26 janvier 2018 Trouville sur mer

 

Nathalie Joly

dans

CAFÉ POLISSON


Edouard Manet - Etude pour la Femme au café
© RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Gérard Blot




©YvesPrince


Dieses "Café Polisson", das den Zyklus Pracht und Elend eröffnet, vereint die ironischen, schwarzhumorigen oder fröhlich-lustigen Lieder der Belle Epoque. In den Kabaretts und Music-Halls der Hauptstadt der Laster und Vergnügungen charakterisiert der "grölende“ Gesangsstil die Sängerin als Prostituierte oder "Cocotte". Dank Yvette Guilbert, die mit der Vulgarität bricht und die Allgegenwärtigkeit der Sexualität im Leben besingt, bereitet die Sängerin selbst ihre künstlerische Emanzipation vor. Nathalie Joly erweist diesen Kurtisanen, Halbmondänen, Absinth-Trinkerinnen, Dirnen und Straßenmädchen eine Hommage.


Questo Café Polisson, che apre il ciclo Splendore e miseria riunisce diverse canzoni della Belle Époque, alcune crudeli altre buffe. Nei cabaret café-concert della capitale del piacere, lo stile “urlante” assimila la cantante alla prostituta o alla donna di facili costumi. Grazie a Yvette Guilbert, che rompe con la volgarità e canta l’onnipresenza del sesso nella vita, la figura della cantante diventerà l’artefice della sua emancipazione. Nathalie Joly rende omaggio a queste cortigiane, mantenute, bevitrici di assenzio, sgualdrine e ragazze di strada.

 


Nathalie Joly: interview et répétition

Jean Jacques Gernolle, scénographe:Décor et interview

plus de photos

Presse

* rencontre avec Nathalie Joly, animée par Véronique Mortaigne,
journaliste du Monde et spécialiste de la chanson
pdf
video

Peinture Maité Goblet©Marche la route

Création au Musée d'Orsay
pour l'ouverture de
l'Exposition

" Splendeurs et misères
Images de la prostitution
1850-1910 "

CAFÉ POLISSON
Durée 1h15

Café Polisson, qui ouvre le cycle Splendeurs et misères, réunit des chansons de la Belle Epoque, cruelles ou drôles. Dans les cabarets caf’conc de la capitale du plaisir, le style "beuglant" assimile la chanteuse à la prostituée ou à la cocotte. Grâce à Yvette Guilbert, qui rompt avec la vulgarité et chante l’omniprésence de la sexualité dans la vie, la femme chantante deviendra l’artisan de son émancipation. Nathalie Joly rend hommage à ces courtisanes, demi-mondaines, buveuses d’absinthe, gueuses et fleurs de trottoir.

Conception et texte Nathalie Joly
Mise en scène
Jacques Verzier
Scénographie et décor Jean Jacques Gernolle
Peinture Maité Goblet
Costumes Claire Risterucci
Lumière Carla Tomé
Son Vincent Creen

Avec
Nathalie Joly (chant /vocals)
Piano Jean Pierre Gesbert (piano)
Louise Jallu (Bandonéon)
en alternace avec Carméla Delgado (Bandonéon)
Bénédicte Charpiat (danse)
et en alternance Gilles Vajou, Jacques Verzier, Pierre Méchanik ...

This Café Polisson, which opens the Splendour and Misery cycle, brings together the cruel and amusing songs of the Belle Epoque. In the cafè chantant cabarets of the capital of pleasure, the "beuglant" (local small café-concert) style likened singers to prostitutes and courtesans. Thanks to Yvette Guilbert, who broke away from the vulgarity and sung about the omnipresence of sexuality in life, female singers became the architects of their own emancipation. Nathalie Joly pays tributes to the courtesans, kept women, absinthe drinkers, harlots and ladies of the night. Duration 1 hour 15.
The performance on Saturday 3 October will be followed by an encounter with Nathalie Joly, led by Véronique Mortaigne, journalist for Le Monde and a music specialist

24 September - 15 October 2015 - Musée d'Orsay



©Musée d'Orsay Sophie Boegly


©Musée d'Orsay Sophie Boegly

© yvesPrince

Este Café Polisson, que abre el ciclo Esplendores y miserias, reúne canciones de la Belle Époque, crueles o divertidas. En los cabarets caf’conc de la capital del placer, el estilo "berreante" asimila la cantante a la prostituta o la cocotte. Gracias a Yvette Guilbert, que rompe con la vulgaridad y canta la omnipresencia de la sexualidad en la vida, la mujer cantante pasará a ser dueña de su emancipación. Nathalie Joly rinde homenaje a estas cortesanas, demi-mondaines, consumidoras de ajenjo, pordioseras y flores de la calle.


Peinture Maité Goblet©Marche la route


Peinture Maité Goblet©Marche la route

 

   
   


Accueil - Atelier Voix - Prochains rendez-vous - Photos des spectacles - Discographie - Audios - Videos - Biographie - Presse - Contact