Accueil - Atelier Voix - Prochains rendez-vous - Photos des spectacles - Discographie - Audios - Videos - Biographie - Presse - Contact



 

LÀ-BAS,

Chansons d'aller -retour

Teaser

Création originale de Nathalie Joly

Sous le regard de Simon Abkarian

Au Théâtre du Soleil - Cartoucherie
(Paris 12ème)

Du 26 novembre au 18 décembre 2022

Du mercredi au samedi à 20h et le dimanche à 16h

 

Nice - Maison des associations Garibaldi
15 novembre 2022

Guyancourt - Ferme de Bel ébat (auditorium)
6 décembre 2022


LCI visleursvies
Une invitation au voyage la magie opère !
REPORTAGE le 23 janvier 2022

RFI Amérique latine
Jordi Batalle invite Nathalie Joly, canciones y recuerdos de ida y vuelta !
Nathalie Joly, des allers-retours entre chansons et souvenirs
REPORTAGE 3 janvier 2022


photos

Bande annonce


Deux sœurs, deux voix, un seul chant,
ancré dans les petits trésors populaires des artistes déracinées.

 

Texte, conception, adaptations - Nathalie Joly
Sous le regard de Simon Abkarian
Chorégraphie - Dominique Rebaud
Scénographie - Jean-Jacques Gernolle
Arrangements - Thierry Roques et Nathalie Joly

avec
Nathalie Joly - comédienne chanteuse
Valérie Joly - comédienne chanteuse
Thierry Roques - piano, accordéon, samples



Nathalie Joly prolonge son travail autour des Diseuses et du parlé chanté. Lauréate d'une bourse d'écriture de l'Institut français d'Algérie, elle interroge les femmes Bouna et les traditions des Fkiret d’Annaba, rencontre des historiennes, pharmaciennes, gynécologues, enseignantes, artistes locaux, et assiste à des rituels. En septembre 2019, le Hirak bat son plein et pour pouvoir manifester ou aller à la plage les femmes « font le carré ».

Inspirée par les témoignages des femmes rencontrées lors de sa résidence de l'autre côté de la Méditerranée, elle a imaginé un dialogue entre deux sœurs où se mêlent non-dits, rêves ou souvenirs d’exode. Cette création célèbre une lignée de femmes d’exception, téméraires et fières, solaires. Guerrières qui imprègnent nos mémoires et nous donnent force et courage pour marcher dans leurs pas, ces amazones aux différents visages scandent leur flow, langue d’un continent en forme d’aveu intime et d’exutoire. Entre réel et fiction, ce récit chanté est celui d’un exil, d’une traversée, d’un retour troublant sur la terre natale.

 

Quelques débats sont prévus à l’issue des représentations au Théâtre du Soleil:

- 27 novembre 2022 : Identité et intégration, par JF Quantin coprésident du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples
- 1er décembre 2022 : Transmission culturelle des deux côtés de la méditerranée par Tramor Quemeneur
- 2 décembre 2022 : Géopolitique des migrations et migrations féminines par Catherine Wihtol de Wenden
- 4 décembre 2022 : Censure et auto censure, question posée aux artistes et aux enseignants par Philippe Guyard de l’ANRAT
- 9 décembre 2022 : Que faire du Passé ? La transmission en dehors de la parole par Paul-Max Morin, en lien avec Regards croisés et Sauce Algérienne

 

 

Nouvel album

chez Frémeaux & Associés
Sorti le 22 octobre 2021
avec le soutien de la SCPP

avec
Nathalie Joly (chant, guitare, adaptations, arrangements)
Thierry Roques (accordéon et piano, arrangements)
Valérie Joly (chant)
Julia Marini (chant)
Carmela Delgado (Bandonéon)
Inor Sotolongo (percussions cubaines)
Julien Matrot (trompette et bugle)
Théo Girard (contrebasse)
Bruno Girard (Quinton)
Amar Mohali (percussions orientales)
Maurice Durozier (guitare, composition, adaptations)

 

PRESSE

CULTURES-Juives
(28 Janvier 2022)
« Là-bas, chansons d’aller-retour » : la Mémoire de l’exil chantée…
Par Michèle Lévy
Sous l’œil bienveillant de Simon Abkarian et selon son expression, « les sœurs Nathalie et Valérie Joly chantent un pays perdu et font de l’exil forcé un voyage initiatique où le chant ouvre la voix des retrouvailles ».
Dans Là-bas, chansons d’aller-retour, ce sont deux voix, deux sœurs et un seul chant d’artistes déracinées, hantées, happées par le passé en Algérie où se côtoient couleurs, senteurs, musique et accents de leur enfance.
Marquées par une jeunesse méditerranéenne, elles revisitent ce passé multiculturel habité par différentes populations arabes, juives, berbères, françaises et espagnoles. Toute la mémoire ancestrale de l’exil est donnée à voir et à entendre par des chants et des récits, avec des souvenirs et témoignages emprunts de soleil, d’épices, de lumière, de roulement de vagues, de cris des marchands ambulants et de mélodies traditionnelles.
A l’instar de la citation d’Hélène Cixous, « tout ce qui s’ouvre, même une valise, a quelque chose à nous dire » , Nathalie Joly s’inspire des témoignages de femmes de tous milieux, rencontrées lors de sa résidence en Algérie, Annaba. Ce sont des femmes d’exception, de véritables modèles féminins, fières et vaillantes guerrières amazones scandant leur flow.Que ce soit l’histoire des diseuses pied-noir, des sœurs Faez de Cuba, des sœurs Abatzi de Grèce…, toutes parlent de leur terre natale, d’exil, de mélancolie de perte puis de retrouvailles.
Ces témoignages se mêlent aux propres souvenirs familiaux des sœurs Joly qui se conjuguent en chansons mêlant arabe, français espagnol, grec, et scandées par les notes d’accordéon de Thierry Roques.
« Mémoires et silences abordent les questions de transmission, d’héritage, de tabous et de refoulements. La langue diffère mais l’histoire est la même. Celle des déracinées. » Nathalie Joly.
Un joli et talentueux spectacle fait de complicité, d’émotion et de découvertes qui nous touche tous à différents degrés. A écouter également, l’album contenant les chants du spectacle de Nathalie Joly, Chansons d’aller-retour.


LE MONDE DU CINÉ
7-01-2021
Pour quelques professionnels, et en attendant des jours meilleurs avec la réouverture de la culture, Le Monde du Ciné a assisté à la première représentation (sans public) de cette nouveauté musicale qu’est Là-bas, chansons d’aller-retour. Force est de constater que le titre du spectacle est bien choisi puisqu’on en aura fait des allers-retours entre Marseille, Cuba, les îles Baléares ou encore le Maghreb… On voyage par les mots et la musique simplement grâce aux voix de deux femmes accompagnées d’un musicien sur scène. Quel meileur moment en cette période où on a plus que jamais besoin d’évasion ! La voix des deux soeurs se marient superbement sans être volontairement au diapason. Cette variation parfois sur du chant en canon, parfois, sur une teinte vocale, une tonalité ou une harmonie différente sublime le tout. On pourrait dire que la musique en mesure devient une oeuvre en douce « démesure ». C’est futé et plaisant à la fois. On est souvent comme envoûté par ces duos où les échanges sont vifs et riches. La vie se raconte comme lors d’un repas de famille ou entre amis autour d’un coucous. Quant aux dialogues, ils sèment, ça et là, les parfums d’orient, de La Havane… Oui ! on voyage bel et bien: on traverse les cultures d’autres terres. Des fragrances de citron et de fleur d’oranger aux couleurs chaudes de Cuba en passant par le lent va et vient des vagues de la méditerranée, le charme opère ! On croirait même voir s’arrêter le marchand d’zabits. On retrouve du Baudelaire dans son Invitation au voyage mais où « luxe, calme et volupté » deviennent « partage, animation et liberté ». Là-bas, chansons d’aller-retour nous fait voyager et nous offre une bonne dose de soleil vitaminé en ces mois d’hiver.
Aurelien Corneglio

Allegro Théâtre 12 janvier 2021
Chanteuse et comédienne de premier ordre, Nathalie Joly, dont on a tant apprécié l'interprétation qu'elle donna du répertoire et de la trajectoire d'Yvette Guilbert, revient aujourd'hui avec un spectacle à deux voix. Le duo qu'elle forme avec Valérie Joly, sa sœur, est un bonheur. Non seulement parce que leurs deux voix s'accordent à merveille mais aussi pour la bonne raison qu'elles nous font découvrir les reliquats d'un monde disparu ou du moins oublié. Le récit chanté qui nous est proposé est né de la rencontre de Nathalie Joly avec des femmes rencontrées de l'autre côté de la Méditerranée dont elle est elle-même originaire. Son inspiration elle l'a également trouvée à Cuba. La création à laquelle on assiste bénéficie de l'influence de deux cultures. Nostalgie et entrain tout du long se côtoient. Les deux interprètes marchent tantôt sur les brisées des Diseuses dont les incantations accompagnaient les familles endeuillées tantôt font surgir de la brume des souvenirs la préparation d'une spécialité culinaire dont, dans leur prime enfance, elles raffolaient. Vieux complice de l'initiatrice du spectacle, Simon Abkarian lui a donné un rythme si soutenu que la représentation finie on se sent régénéré. Bien que la culture soit bâillonnée ses servants s'activent. Ce spectacle comme tant d'autres est fin prêt. On ne sait hélas quand le public pourra le goûter.
Joshka Schidlow

REGARD EN COULISSE 21 janvier 2021
L’invitation à ce voyage s’avère délicieux, tant il est synonyme d’émotions, de découvertes, de tendresse. Mêlant avec art divers souvenirs, tant personnels que provenant de femmes d’origines diverses, Nathalie Joly, ambassadrice des chanteuses-diseuses, a concocté un spectacle tout en finesse qui distille un charme tenace. Ce charme repose sur la belle complicité, tant vocale (deux voix chantées qui se marient avec grâce) que physique, qu’elle partage avec sa sœur Valérie. Leur jeu subtil, sous le regard que l’on imagine bienveillant, mais sans concession, du metteur en scène Simon Abkarian, donne vie à chacune des évocations et provoque l’empathie sans même y penser. Le tout est renforcé par la présence discrète et indispensable du musicien Thierry Roques. Les anecdotes, que l’on tente de parler le pataouète ou de donner la recette idéale du créponnet, se transforment en autant de moments de théâtre qui attisent la curiosité et provoquent un regard attendri. En effet, ils évoquent un passé plus ou moins révolu qui revit ici avec une jolie vitalité. Il va de soi que l’écrin que représente la petite salle du Théâtre de l’Epée de Bois renforce la connivence avec un public – pour le coup restreint puisque circonscrit à quelques professionnels – qui se laisse entraîner, séduit par les couleurs des lumières, des tissus utilisés çà et là. Et ces deux petites robes enfantines suspendues en fond de scène… L’enfance et ses réminiscences qu’elles suggèrent ne sont jamais loin dans ces parcours féminins qui se croisent, se mélangent, s’harmonisent. Il ne reste plus qu’à souhaiter que les mesures sanitaires permettent enfin à un large public de découvrir ce spectacle, qui peut être un excellent pont pour retrouver les sensations idéales que procure le vrai frisson théâtral.

Rémy Batteault

ESSMA 12- 01- 2021
Il y a quelques semaines je vous avais informé d’un prochain spectacle qui devait se tenir en janvier à la Cartoucherie de Vincennes, et qui, malheureusement, en raison des consignes sanitaires actuelles n’a pu avoir lieu. Ce spectacle, parlé-chanté, était réalisé par Nathalie Joly et sa sœur Valérie, toutes deux nées à Alger et petites-filles de Georgette Carcassonne, la pharmacienne bien connue.
Il se trouve que j’ai eu la chance de voir, en privé, leur spectacle « Là bas, chansons d’aller-retour », au titre très évocateur... un pur bonheur.. et pas uniquement dû au grand talent de comédiennes et de chanteuses des sœurettes ! Les sœurs revisitent leur petite enfance là-bas, et leur exil en France avec toutes les traditions familiales importées du pays de leurs racines. Entre rires et larmes elles nous ramènent chez nous, croisant aussi bien le moutchou que Galoufa, se régalant de créponés, écoutant le marchand d’zhabits rameuter les clients, ou survolant en rêve le Jardin d’Essai....
Anne-Marie Soufflet


CDHA CENTRE DE DOCUMENTATION HISTORIQUE SUR L’ALGÉRIEjanvier 2021
Petites-filles de la pharmacienne Georgette Carcassonne dont l’officine était en face de la Grande Poste, Nathalie et Valérie Joly sont nées à Alger. Parties en 1962, le lendemain de la fusillade de la rue d’Isly dont elles ont été témoins, elles font parties des dernières nées « là-bas ». Toutes deux sont devenues comédiennes-chanteuses, autrices et compositrices. Nathalie est spécialiste du parlé-chanté début de siècle, Valérie des chants du monde notamment des chants de pleureuses de Méditerranée.
Lauréate d’une Bourse de l’Ambassade de France en Algérie, Nathalie Joly a écrit ce texte en résidence à l’Institut français d’Annaba, en s’inspirant de son vécu familial et des témoignages des femmes rencontrées de l'autre côté de la Méditerranée. Avec sa sœur, elle interprète ce récit chanté en forme d’aveu intime et d’exutoire, retour troublant sur la terre natale où se mêlent non-dits, rêves ou souvenirs d’exode.

TÉLÉRAMA septembre 2021
Nathalie Joly – Là-bas, chansons d’aller-retour - Elle aime mettre en avant la chanson populaire, et, plus particulièrement, les femmes qui, de tous temps, n'ont cessé de lutter pour la liberté. Après sa trilogie-hommage à Yvette Guilbert et sa mise à l'honneur humoristique des beuglants de la Belle Époque (Café Polisson), Nathalie Joly s'empare cette fois du répertoire des artistes déracinées, de Cuba aux rives méditerranéennes. Accompagnée de sa sœur, Valérie Joly, au chant, et de Thierry Roques au piano, accordéon, et samples, elle revient aujourd'hui nous livrer les chansons d'exil de ces « diseuses », mises en scène avec la complicité renouvelée de Simon Abkarian.
Marie-Catherine Mardi

Froggy’s delight (16-10-2021)
Après sa trilogie Yvette Guibert* et "Café Polisson", Nathalie Joly poursuit son exploration, toujours par le prisme musical, de la planète femme à travers le chant de l'exil, de l'exode et du déracinement. Elle a conçu la partition de l'opus explicitement titré "Là-bas - Chansons d'aller-retour" en puisant dans un répertoire singulier de chansons qui, de la Grèce à Cuba en passant par l'Algérie, porte la parole des femmes dans leur vécu émotionnel et leur combat du quotidien non seulement pour surmonter l'arrachement à la terre natale mais les sujétions imposées à la condition féminine. Et elle l'a décliné, indique-t-elle, en forme d'odyssée vocale dans son registre de prédilection, celui du parlé-chanté, sur un canevas dramatique hybride, la fiction, instillée d'éléments biographiques et de quelques compositions originales, du périple et des souvenirs de deux soeurs, Candida et Floricette nées dans les années 1930 de l'autre côté de la Méditerranée. Deux soeurs sur scène, comme à la ville puisqu'ellle a choisi, quasi naturellement et, au demeurant, légitimement, Valérie Joly également chanteuse et formée aux chants du monde, dont les chants de pleureuses, et aux techniques vocales extra-européennes, incarnent et transmettent leur viatique sororal, les mots du coeur et les tourments de l'âme, ce qui n'exclut pas le souvenir - et l'espérance - de jours heureux. Dans une scénographie claire de Jean-Jacques Gernolle, une esquisse de terrasse de café sous les belles lumières de Charly Thicot et avec leurs complices, Simon Abkarian qui a apporté son regard de metteur en scène, et le musicien Thierry Roques, signataire des arrangements, qui les accompagne et s'invite parfois au jeu, Nathalie Joly et Valérie Joly dispensent cette sensible mélopée mémorielle certes d'un monde d'hier qui entre en résonance avec ses avatars contemporains.
Martine Piazzon

PARIS-MOVE, November 5th 2021
Blues Magazine, Chanson, World Music
**** VERY GOOD / TRES BON

Entre Cuba, Mexique, Maghreb, Brésil, Argentine et péninsule grecque, la chanteuse et comédienne Nathalie Joly dépeint, en seize canciones, le déchirement de l’exil et les affres du déracinement. La sororité ne s’avère pas ici un vain mot, puisqu’outre le recueil de la parole de femmes algériennes (via une bourse d’écriture qui lui fut allouée par l’Institut Français d’Algérie), elle en partage la restitution chantée avec sa propre sœur, Valérie. Issues d’un spectacle avorté l’an dernier pour cause de pandémie, ces adaptations de thèmes cubains, sambas, rumbas et boléros en côtoient d’autres (tel le francarabe “Alger Alger” de Lili Boniche ou la saudade “Lidia” de Nicolas Corrales), pour dessiner en creux l’universalité du mal d’amour, qu’il s’attache à une terre perdue ou à une romance inachevée. Mêlant accordéon, darbouka, bendir, quinton, piano, guitare, bandonéon, bugle et percussions, les orchestrations servent à dessein un duo vocal en parfaite harmonie. Aussi vif que le souvenir d’une brûlure et enivrant qu’une caresse inespérée, un périple aux sources du mal du pays, où qu’il réside.
Patrick Dallongevillle
NATHALIE JOLY – Chansons d’Aller-Retour: un album à commander ICI
https://www.paris-move.com/reviews/nathalie-joly-chansons-daller-retour/


France 5 Le Doc Stupéfiant
Le sexe du rire, 10-12-2021


Chants songs 28-12-2021
Chants de voyage et d’exil Chansons d’aller-retour, c’est le nouveau projet musical de Nathalie Joly qui, en seize chansons décrit les déchirements de l’exil. Prenant et poétique
Comédienne et chanteuse, Nathalie Joly signe ici un projet qui résonne particulièrement avec son propre parcours, comme le raconte la journaliste Véronique Mortaigne dans la pochette de l’album. En septembre 2019, elle avait obtenu une bourse d’écriture de l’ambassade de France en Algérie. C’est en résidence à l’Institut français d’Annaba, au début du mouvement de contestation « Hirak » que les souvenirs remontent par vague à son esprit et lui rappelle cette fusillade de la rue d’Isly à laquelle elle assista avec sa sœur, en mars 1962, depuis le balcon de leur grand-mère, qui était pharmacienne à Alger. C’est au retour de ce séjour que Nathalie Joly conçoit ce spectacle musical, Chansons d’aller-retour, sous le regard du dramaturge Simon Abkarian. Douze des seize chansons présentées dans ce disque sont extraites du spectacle qui fut créé en janvier 2021 au Théâtre de l’Épée de bois-Cartoucherie. En compagnie de sa sœur, Valérie Joly, spécialiste des chants du monde, elle évoque, dans une belle complicité musicale, les émotions de déracinement et de la découverte d’un ailleurs dans ces titres qui sont des adaptations de thèmes cubains, de sambas, de rumbas ou encore de boléros, entre autres, sans oublier le francarabe Alger Alger, tube de Lili Boniche et la saudade Lidia, de Nicolas Corrales. En offrant des liens subtils, par delà les pays et les sons, entre Lhasa de Sela, Chico Buarque ou encore la cubaine Maria Teresa Vera (la magnifique Veinte Años), cet album évoque la force des liens qui s’attache à une terre perdue et aux blessures de l’éloignement.
Mêlant accordéon, darbouka, bendir, quinton, piano, guitare, bandonéon, bugle et percussions, les orchestrations imaginées par Nathalie Joly jouent sur la légèreté des mélodies et portent loin les mots choisis pour dire les affres de l’exil. Avec, pour conclure, une chanson qui est tout un programme. Dans Samba de l’utopie, elle chante ainsi : « S’il arrivait un beau matin/ Que pénètre en notre jardin/ La parole TYRANNIE/ Prends ton tambour ta guitare/ Chantons dans les rues dès ce soir/ Notre Utopie de l’espoir. » . Alors que l’on célèbre l’assassinat d’un Victor Jara par la junte chilienne et que le climat politique est de plus en plus lourd, ces mots ont une résonance des plus fortes. (*) Disque Frémeaux & Associés

FREQUENCE PROTESTANTE Garance Hayat présente ‘Là-bas, Chansons d'aller-retour’ -

L’ŒIL D’OLIVIER 3-01-2022
Les chants d’ailleurs de Nathalie Joly
Depuis quelques années, déjà, la comédienne Nathalie Joly nous promène sur son chemin de mots et de chants. Elle nous avait enchantés avec sa trilogie sur la grande Yvette Guilbert et ses Diseuses, hommage à ce que l’on nomme le parler-chanter. Elle n’a pas son pareil pour faire d’un tour de chant un tour de théâtre, réunissant avec finesse ces deux arts. Son nouveau spectacle est de cette veine-là. On peut le voir comme un récital où comme une pièce, ou les deux à la fois. Là-bas, chansons d’aller-retour raconte des récits de femmes, d’exils, de soleil, de quiétude et de colère, mais aussi sa propre histoire. Celle d’une petite fille qui a suivi les errances familiales entre Cuba, l’Algérie, la Porte de Vincennes. Elle n’est pas issue d’une culture, elle est le résultat de la rencontre de tous ces univers véhiculés par les musiques et les chansons. Pour cela, elle est escortée par sa grande sœur Valérie. Leur duo, forgé par l’enfance et les souvenirs qui vont avec, fonctionne divinement. Complices, leurs voix se marient à l’unisson et à merveille ! Mises en scène avec un beau savoir-faire par Simon Abkarian, accompagnées par le musicien Thierry Roques, les sœurs Joly nous entraînent dans un voyage coloré, joyeux et tendre où chacun de nous, au détour d’une note, d’un refrain, d’un mot, d’une situation, se retrouve à errer dans les dédales de sa propre mémoire. Ce spectacle nous enveloppe comme un grand châle et nous réchauffe le cœur. Marie-Céline Nivière

BEUR FM Voix au chapitre
le 5/12/2021 Samia Messaoudi interview Nathalie Joly


RFI Amérique latine
Jordi Batalle Interview Nathalie Joly
- 3-01-2022
Regarder l’émission
El Invitado de RFI Nathalie Joly, canciones y recuerdos de ida y vuelta :
Por: Jordi Batallé
La actriz y cantante francesa Nathalie Joly presenta en el teatro parisino El Local ‘Chansons d'aller-retour’ -canciones de ida y vuelta- creación que combina humor, entusiasmo y nostalgia a través de dos hermanas, dos voces, que evocan recuerdos y sensaciones de su Argelia natal. La actriz y cantante Nathalie Joly obtuvo el 1er premio de canto por unanimidad en el Conservatorio de Boulogne Billancourt, un 1er premio de música de cámara y la de técnica vocal. Trabajó bajo la dirección de Philippe Adrien (Rêves de Kafka y Ké voï), Thierry Roisin (Les Pierres), Michel Rostain (Jumelles), Diego Masson (Chansons de Bilitis), Alain Françon, y la Opéra de Lyon (La vie Parisienne), Maurice Durozier, Lisa Wurmser, Olivier Benezech, Simon Abkarian y compositores como Maurice Ohana, GRAME, James Giroudon y Pierre Alain Jaffrenou, David Jisse, Christian Sebille, Philippe Legoff. Nathalie Joly es la gran especialista en el género de la cancion hablada, con el que nutre todos sus espectáculos: 'Sé que estás en la sala' de Yvonne Printemps y Sacha Guitry, Cabaret itinerante en el Théâtre forain, J'attends un bateau - Cabaret de exile on Kurt Weill, Cafés Cantantes canciones de superstición (1 CD), Paris Bukarest sobre Maria Tanase, 'Je ne sais quoi', basado en las canciones de Yvette Guilbert y su correspondencia con Freud. Directora vocal de los espectáculos de Lisa Wurmser y Patrick Sommier, enseña en Francia (Cnac / Ensac de Châlons-en-Champagne) y en el extranjero, especialmente en universidades de verano en Marruecos, Brasil, Bayreuth en Alemania, así como en el Teatro Nacional. y la Universidad de Bellas Artes de Kabul en Afganistán, donde dirigió el documental Tashakor

Nathalie Joly, des allers-retours entre chansons et souvenirs L'actrice et chanteuse française Nathalie Joly présente au théâtre parisien El Local 'Chansons d'aller-retour' -tournée de chansons- création qui allie humour, enthousiasme et nostalgie à travers deux soeurs, deux voix, qui évoquent les souvenirs et les sensations de son pays natal Algérie.

DISCOGRAFIA :Cabaret itinerante (Viajeros nocturnos)
Binoculares (Forlane)
Cafés Cantantes, chanson de superstititons (Marche la route)
Paris Bukarest, Nathalie Joly canta Maria Tanase (rue Stendhal ) coffet CD libro:
Je ne sais quoi, Nathalie Joly canta Yvette Guilbert, correspondencia completa con freud c / o Sevendoc Nathalie Joly canta Yvette Guilbert, Label France Musique / Marche la route
CANCIONES SIN COMPLEJOS, Nathalie Joly canta Yvette Guilbert c / o Frémeaux & Associés (2016)
CAJA DE 3 CDs Yvette Yvette Yvette, Nathalie Joly canta Yvette Guilbert c / o Frémeaux & Associés (2017)
CD CAFÉ POLISSON c / o Frémeaux & Associés (JULIO 2018)
CD CHANSONS D'ALLER-RETOUR c / o Frémeaux & Associés (2021) 9 janvier 2022


THEATRE DU BLOG 9 janvier 2022
Une pièce interprétée par l’auteure et sa sœur Valérie Joly accompagnées au piano et à l’accordéon par Thierry Roques. Sous le regard et les oreilles, cela tombe sous le sens. De nos jours, à l’ère du wokisme, nous n’osons même plus dire : mise en scène, comme si l’expression contrariait la veine libertaire de l’artiste, encore moins « dirigée » par qui que ce soit. Ainsi le petit métier de « regard extérieur » s’applique couramment aux arts de la scène en général comme celui, par exemple, de dramaturge. Un glossaire sert de feuille de salle et peut aider à comprendre la pièce, si on est équipé d’une torche électrique. Le soir où nous y étions, personne ne l’avait anticipé et nous devions suivre attentivement dialogues et paroles de chansons énoncées en version originale, puis les traduire, du moins si nous maîtrisions l’espagnol, le grec, l’arabe mais aussi le langage populaire algérien dit « pataouète » ou « papalouette »… Le thème annoncé « là-bas » rappelle plus le fameux slogan : C’est bon comme là-bas (1973) du couscous Garbit, que celui du non moins fameux roman de Joris-Karl Huysmans mais il est ici bel et bien traité. L’adverbe désigne plusieurs ports d’attache, de départ mais aussi d’arrivée quand il s’agit de retour aux sources : une notion vague et précise à la fois... Et l’auteure entend dire son histoire, ses racines, ses ancêtres, sa culture, sa brûlure- pas seulement celle du soleil-, « les odeurs d’épices et de fleurs, la lumière qui réconforte, le son des vagues ».
Comme le suggère le sous-titre Chansons d’aller-retour connoté cubain. Nathalie Joly traite de thèmes comme celui des diseuses qu’elle lie à l’exil, des flux migratoires, des pieds-noirs. Mais aussi bien entendu des « idas y vueltas » (chants d’aller-retour) des sœurs Faez et de leur « trova familiale », des sœurs Abatzi venues depuis Smyrne, au Pyrrhée où, dit-elle, « les cabarets enfumés retentissent de haschich songs ». Ces airs sont caribéens mais aussi argentins, brésiliens, mexicains, grecs, arabo-andalous… et ont fait l’objet d’un bel album édité par Frémeaux et Associés, interprété par le trio de cette pièce, enrichi des percussions d’Inor Sotolongo, du bandonéon de Carmela Delgado, de la contrebasse de Théo Girard, du violon-quinton de Bruno Girard, de la trompette et du bugle de Julien Matrot, du bendir et de la darbouka d’Amar Mohali, de la voix de Julia Marini et de la guitare de Maurice Durozier. Là-bas Chansons d’aller-retour est une excellente surprise : scénographie de Jean-Jacques Gernolle simple et efficiente, son de Margaux Dancoine subtilement dosé et lumières de Charly Thicot, enchanteresses et émouvantes, en particulier quand les sœurs Joly chantent La Llorona, un des plus beaux airs arrangés par l’auteure et Thierry Roques. La justesse de ton des dialogues entre elles vaut d’être soulignée, comme la grâce de leur gestuelle, en accord avec l’humanité de leur propos. Nicolas Villodre


PLACE TO BE 8-01-2022
Une scène sobre avec un table, deux chaises, deux châles, deux robes de petites filles en bas âge fixées au mur du fond. Un accordéoniste/pianiste, si talentueux, traduisant les émotions avec verve et sensibilité. Enfin, 2 sœurs : l’une blonde, l’aînée, avec sa voix plus grave ; l’autre brune, la cadette, qui atteint les notes les plus hautes. Avec une complicité et synchronicité incroyables, elles nous transportent au travers de leurs expériences de jeunes enfants, de leur exode de l’Argentine, à Cuba, puis en Algérie avant d´arriver à Marseille. Au travers de chansons originales en espagnol, en français et en arabe elles nous emmènent dans leur monde avec brio et humour, un jeu de scène fluide mis en avant par l’accompagnement musical et comique du troisième membre discret (d’un talent fou) essentiel au jeu des sœurs. Les chansons sont pour la plupart en espagnol ou en arable avec des traductions en français permettant au public de suivre leur histoire et la richesse de leur ressenti, qu´elles partagent avec nous au travers d´un témoignage de photos personnelles de leur enfance projetées sur le mur du fond. La rendition du Corbeau et le Renard par la blonde en un dialecte mélangeant arable/français et autre est pleine d´humour et de charme. Le spectacle est parsemé de moments où le rire est incontournable. 1h30 de voyage, surprise et plaisir. A voir.

COUP DE THÉÂTRE 10 janvier2022 **** Le billet de Véronique
Voici un spectacle musical et théâtral bien enlevé qui nous emmène loin, très loin, de l’autre côté de la Méditerranée – et même au-delà –, là où le soleil réchauffe les corps et les cœurs, fait vibrer les sons et les couleurs, et exploser la vie avec générosité. De la générosité, Nathalie Joly et sa sœur Valérie en ont à revendre. Pendant une heure, nous sommes emportés dans un tourbillon d’émotions intenses qui nous fait passer sans transition de la joie à la mélancolie. Nathalie et Valérie partagent avec nous les souvenirs de leur enfance en Algérie, dans un joyeux melting-pot de chansons d’exilé(e)s, qui célèbrent la nostalgie de la terre perdue, de ceux que l’on a quittés, mais aussi l’amour, la fraternité, le combat incessant des femmes. La vie en somme, toujours en mouvement. Sous l’œil complice de Thierry Roques, au piano et à l’accordéon, et avec quelques simples accessoires (des chaises colorées, un châle pailleté…), elles nous entraînent dans un tour du monde haut en couleur. Leur spectacle est porté par une mise en scène fluide et sans temps mort, faisant surgir des bribes de souvenirs et des anecdotes, entre gaieté et nostalgie, mais toujours avec légèreté. Une belle complicité artistique unit les deux sœurs dont les deux voix se complètent, l’une puissante et l’autre plus nuancée. Ce n’est pas un hasard si Nathalie, qui a consacré une grande partie de son travail aux diseuses de vers et de mélodies – et au fameux « parlé chanté » dont fait partie la plus célèbre d’entre elles, Yvette Guilbert –, a fait appel pour ce duo à Valérie, spécialiste des chants du monde et des pleureuses de Méditerranée. Pour ce spectacle, elles sont aussi allées puiser dans le répertoire de la musique latine (Caraïbes, Amérique latine…) qui a influencé le pourtour du bassin méditerranéen. Leurs chansons évoquent le caractère bien trempé de ces femmes et leur sensualité. Dans ces temps d’incertitudes et de repli, où l’on voit se raviver les tensions entre les peuples et les cultures, ce spectacle fait un bien fou. C’est une ode salutaire au partage, au métissage, à l’espoir… à la vie tout simplement.


LCI visleursvies. le 23 janvier 2022 - Reportage et inteview Marianne Kottenhoff
Là -Bas chansons d’aller retour de et avec Nathalie et Valérie Joly une invitation au voyage la magie opère !

France MUSIQUE - ALLEGRETTO 2Z-01-2022 Denisa Kerschova présente ‘Là-bas, Chansons d'aller-retour’

La critique de Joshka Schidlow 26-01-2022
LÀ-BAS, Chansons d'aller-retour. Il faut être sourd et aveugle pour ne pas applaudir les chanteuses Nathalie et Valérie Joly qui sont aller piocher dans les répertoires musicaux français, espagnol et arabe. Les chansons qu'elles ont choisies tournent autour de la séparation. Séparation amoureuse ou de la terre natale. Elles ont, en effet, grandi en Algérie qu'il leur a fallu quitter. Lors d'une résidence dans son pays d'origine, Nathalie rencontra des femmes qui lui confièrent récits et mélodies. Elle interprète ces dernières avec sa sœur. Si la cadette est familière d'une tradition française de la chanson (elle interpréta notamment celles qui firent le succès d'Yvette Guilbert) Valérie est davantage marquée par ses racines méditerranéennes. Le timbre de leur voix rappelle ces inclinations. Tantôt interprètes tantôt diseuses, les deux sœurs nous font parfois rire mais laissent le plus souvent la nostalgie avoir le dessus. Il reste peu de dates pour découvrir ce spectacle, il faut donc s'empresser d'aller le savourer.

HEXAGONE Mai 2022
Nathalie Joly - Chansons d’aller-retour. (Frémeaux)
Après la diseuse Yvette Guilbert et les chansons coquines du Second Empire et de la Belle époque, changement de registre : Nathalie Joly poursuit à présent son exploration musicale de l’histoire des femmes à travers le thème de l’exode et du déracinement. En compagnie de sa sœur Valérie, spécialiste des chants du monde et des pleureuses de Méditerranée, elle propose un spectacle de théâtre musical, Là-bas, chansons d’aller-retour, dont voici le témoignage discographique. Ce duo vocal en parfaite harmonie évoque les angoisses du déracinement et le déchirement de l’exil. De rivage en rivage, entre Cuba, l’Algérie ou le Brésil, ce sont des récits de femmes en plusieurs langues au rythme de la samba, de la rumba ou du boléro.
Marquées par une jeunesse méditerranéenne, parsemant leurs quelques compositions originales d’éléments biographiques, elles revisitent ce passé multiculturel habité par diverses populations – arabes, juives, berbères, françaises et espagnoles – au son du darbouka, du bandonéon et de l’accordéon de Thierry Roques. « Les sœurs Joly chantent un pays perdu et font de l’exil forcé un voyage initiatique où le chant nous ouvre la voie des retrouvailles » dit leur metteur en scène Simon Abkarian. « Elles sont les ailes de cet oiseau qui inlassablement migre vers son jadis perdu et sans cesse retrouvé : la joie ». Philippe Kapp


Maquette décor Jean Jacques Gernolle

 


©stephaneLetellier Théâtre de l'Epée de bois janvier 2021

 

« Tout ce qui s’ouvre, même une valise, a quelque chose à dire »
Hélène Cixous

©Patrick Berger

 


Nathalie et Valérie Joly & Thierry Roques (Théâtre de Lenche Marseille 2013, "Diseuses")

  Billetterie Weezevent

Production Marche la route, en coréalisation avec le Théâtre de l'Epée de bois - Cartoucherie,
accueil en résidence à La Manekine scène intermédiaire régionale des Hauts de France,
à l'Institut Français d'Annaba avec le soutien de l'Ambassade de France en Algérie,
du CNM, de la SPEDIDAM, ADAMI, de la Région ILE DE FRANCE





 

 

 

 

 

 

 

 

   
   


Accueil - Atelier Voix - Prochains rendez-vous - Photos des spectacles - Discographie - Audios - Videos - Biographie - Presse - Contact